Le prix Collidram attribué à Simon Grangeat pour Du Piment dans les yeux

, par  Mme BEZANCON

Collidram propose la tenue de comités de lecture de textes de théâtre contemporain et la remise d’un prix de littérature dramatique d’un montant de 1500 euros, décerné par les élèves des collèges. Ce projet est un projet d’envergure nationale (35 classes dans 9 régions). Un atelier d’accompagnement éducatif réunissant 9 membres représente l’Alsace au collège Bel Air.

Les objectifs en sont :

 Découverte des écritures dramatiques contemporaines et sensibilisation des jeunes lecteurs au théâtre de leur époque.
 Mise en valeur des qualités d’analyse et d’expression, du dynamisme des collégiens et de leurs capacités à s’engager dans un projet.
 Par la constitution d’arguments et l’expérience du débat, les élèves font un apprentissage de la prise de parole, de l’écoute de l’autre et du respect de l’opinion de chacun.
 Rencontre avec des artistes ; comédiens, auteurs et de l’écriture par des approches différentes et complémentaires à celles de l’école.


La particularité de l’élection : L’élection du texte se fait sur la base de « un argument égale une voix ». Cela signifie que le nombre de votants n’influence pas le choix de la pièce lauréate mais que cette élection se fait sur le nombre d’arguments que les élèves vont parvenir à réunir et présenter pour défendre leur pièce préférée. Ainsi à lui tout seul, un élève peut, en énonçant plusieurs arguments, avoir autant de poids qu’un groupe de plusieurs élèves. C’est le nombre et la qualité des arguments qui feront la différence et non pas le nombre de voix exprimées.


Le fonctionnement :

 Les comités de lecture des collégiens ont été animés par Sophie Bezançon en collaboration avec Delphine Crubézy (comédienne) .

 Lors d’un premier tour, les collégiens ont élu une pièce parmi les quatre étudiées.

Il s’agit de

Du Piment dans les yeux

de Simon Grangeat.

Voici les arguments qui l’ont fait gagner :

• Cela nous fait réfléchir à notre mode de vie, notamment en ce qui concerne la nourriture. Pour eux c’est difficile et nous avons de la chance. Cela nous incite à partager. (Bader)
• La pièce nous montre que le lien des parents à l’école peut se considérer avec d’autres valeurs que les nôtres. (Dahlia)
• La détermination et le courage de Mohamed m’encouragent. (Jeanne)
• Les choix typographiques et la mise en page aérée rendent la lecture plus fluide. (Laura)
• La multitude de personnages rencontrés et le nombre de lieux abordés rendent la pièce riche en rebondissements. (Bader)
• L’humour de Mohamed quand il répond à son père dédramatise la situation. (Dahlia)
• La condition des femmes et des filles auxquelles on fait violence est un sujet grave dont il est important de parler (Jeanne)
• Les personnages sont attachants en raison des épreuves qu’ils traversent. (Laura)
• Sensibilisation à la question des migrants (Laura)
• La complicité des personnages principaux est touchante et apporte de la légèreté. (Laura)
• Le recours à de simples fonctions pour identifier les personnages ouvre l’imaginaire (Laura)
• Le chœur donne un avis extérieur aux deux personnages. (Laura)
• On n’est jamais complètement abandonné. (Laura)

 Un second tour, aura lieu le 2 avril à la SACD à Paris ; Laura et Jeanne représenteront le collège et défendront cette pièce contre les trois autres en lice.